Rova by night
clique pour voir l'album
Expo Marvel à Paris
clique pour voir l'album
Visite Gloria 02.2014
clique pour voir l'album
Madagascar
clique pour voir l'album

Le Vango Vango, ancien bracelet des esclaves,est à l’origine un bracelet fermé qui permettait à ces derniers d’être enchainés la nuit.

A leur émancipation, le bracelet a été coupé, travaillé et conservé en signe de reconnaissance. Il constitue aujourd’hui une protection contre le mauvais sort et nul pêcheur « vezo »(région du sud-ouest de Madagascar, ethnie Sakalava) ne prendrait la mer sans son Vango Vango.

Les bracelets « vango vango » ont une valeur historique à Madagascar et leurs origines ainsi que leur design varient de région en région mais ils ne sont jamais similaires. La tradition aurait plus d’un siècle et à l’origine ils étaient fabriqués à partir de pièces de 5 francs en argent qui étaient fondues.

Les rois Malgaches Sakalava qui ne ne souhaitaient pas stocker de la monnaie battue avec le visage d’un autre suzerain demandaient aux forgerons de les fondre pour en faire des bracelets qui resteraient dans le trésor royal. Puis les commerçants on pris le pas et portaient leurs pièces d’argent au forgeron pour qu’il fabrique un bracelet. Le vango vango dévoilait alors l’origine géographique et sociale de son porteur.

Le bijou se transmet alors dans le cercle familial comme un héritage et est surnommé par endroits « le bracelet de grands-mère ». Par la suite il devient une tradition faisant lien avec la généalogie. Tout Malgache se doit alors de porter son Vango Vango.

En brousse, avec la montée de l’extreme pauvreté à Madagascar, le Vango Vango est parfois l’unique valeur des habitants et ces derniers revendent ce trésor de famille à des collectionneurs pour pouvoir subsister encore quelques mois.

Actuellement, beaucoup choisissent de porter des vango vango à base d’argent et d’or à la fois et sa conception a fortement évolué. Outre la matière de base, des pierres semi-précieuses (émeraudes, rubis, tourmaline…) sont également ajoutées aux extrémités du bracelet. Sa particularité vient également de la manière de le mettre et de le retirer puisqu’il faut le tordre dans le sens perpendiculaire au bracelet afin de pouvoir passer le poignet entre les deux extrémités sans fragiliser le métal.

Devenu symbole de Madagascar pour l’expatrié plus que pour le touriste, de nombreux « Vahazas » (populaire, nom propre: blanc, par extension étranger) portent maintenant le Vango Vango fabriqué par les joailliers de la capitale comme un souvenir du pays.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tagged with:
 

Il y a quelques temps, pour mieux profiter du jardin, nous nous sommes lancés dans la fabrication d’un kiosque…

Nous avons fait appel à Jérôme, un local qui a un pose de gardien de jour et qui se lance dans une auto entreprise de travaux du bois… il nous a fait déja quelques petits travaux comme le tabouret de compet’ ou la chaise dont je vous parlerais dans un prochain billet.

On est parti sur quelque chose de simple et très « roots », à base de « bois rond » d’échafaudages (et pas de « bois carré », le nom des tasseaux ici), une couverture en feuilles de jacinthes d’eau et un plancher en briques. On voulait en pierres plates mais impossible à trouver à un tarif raisonnable ici…

Ci dessous quelques photos de l’évolution des travaux:

Tagged with:
 

Le foie gras… incontournable

Bonjour à tous,

C’est Noël … la neige, le froid, les sapins, les musiques, les marchés de saison et les décorations (enfin c’est comme ça que je m’en souviens, je l’ai pas fêté comme ça depuis deux ans, autant vous dire que l’année prochaine y a intérêt à ce que mon père se déguise en gros bonhomme rouge si on rentre en France !!) et n’oublions pas … le foie gras !!

Pour ne pas déroger à une tradition millénaire passée de génération en génération, je prépare cette année encore le fameux « foie gras au gros sel » qui m’a rendu célèbre dans les couloirs du Georges V (ou étais-ce VI ? ).

Pour ceux qui n’aiment pas le foie gras (gna gna gna, c’est cruel, gna gna gna, c’est horrible OUI JE SAIS MAIS C’EST TROP BON ) , les végétariens et autres qui ne s’intéressent pas à ce blog, je ne vous oublie pas et vous offre ceci :

Continue reading »

Tagged with:
 
Le tabouret tel que livré, du bel ouvrage !

Tabouret tel que livré finalisé

Il y a 2 ans lorsque nous sommes arrivés à Madagascar, nous avons dû, pour la première fois de notre vie, prendre des employés à plein temps 24/7… notre expérience du gardiennage à domicile et de la sécurité dans un pays en voie de développement débutait…

Bon, ce billet n’est pas non plus pour parler du gardiennage ou des soucis de sécurité à Madagascar… et je n’ai même pas fait exprès de publier le lendemain des émeutes à Tamatave

Non, rien à voir avec la choucroute, je voulais parler de tabourets… car pour les gardes, nous avons investi dans un tabouret en bambou (qui a du nous couter pas loin de 2€ à l’époque ) pour que les gardes puissent s’endormir s’asseoir dessus.

Mais voila, un tabouret en bambou à 2€ ça a une durée de vie limité, et tels les testeurs IKEA, nos gardes se sont assis jour et nuit pendant 2 ans (soit plus de 720jours) sans discontinuer… et le tabouret lâchât !!

Continue reading »

Tagged with:
 
Poignée en fer style patine ancienne - made in china

Poignée en fer style patine ancienne – made in china

L’autre jour je parlais des poignées venues de chines reçues cette semaine (voir : Achats en Chine, mais comment font-ils ?).

Et bien après quelques menus travaux de bricolage, les poignées ont été installées sur les différents meubles de la maison qui pouvaient les accueillir. Et bien c’est fou ce qu’un changement aussi simple peut apporter à un meuble, tout de suite ça donne un peu plus de « classe »…

Les anciennes poignées (des pauvres bitoniaus en bois) on été retirées (certaines ont dû être sciées car trop bien collées) et remplacées par un bout de baguette en bois de diamètre similaire, le tout recouvert de pâte à bois faite maison (un mélange de colle blanche, de puissière de bois et un peu de cire). La pâte à bois en magasin de bricolage coute une blinde ici , compter près de 12€ le petit pot… Le mélange maison n’a presque rien couté (la colle blanche en pot d’1L c’est quasiment rien). Le tout séché pendant une nuit puis poncé, ciré pour redonner de la couleur et les poignées sont vissées avec 2 petites vis fournies (enfin presque).

Continue reading »

Tagged with: